Substances préoccupantes, le point avec Catherine Gourlay-Francé, de l’Anses

Dans les produits phytosanitaires, quelles substances actives sont jugées préoccupantes ? Quelles sont les actions menées pour préserver la santé humaine et l’environnement ? Référence agro fait le point avec Catherine Gourlay-Francé, directrice adjointe à la direction de l’évaluation des produits réglementés à l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire.
crédit Anses
Référence agro : Les substances actives qui composent les produits phytosanitaires sont réévaluées au moment du renouvellement de leur approbation au niveau européen, soit dans un délai de sept à quinze ans après leur première autorisation. Peuvent-elles l’être avant ? Catherine Gourlay-Francé : Bien sûr. Si une suspicion de danger ou de risque qui n’avait jusqu’à présent pas été identifiée est décelée, le règlement (CE) n°1107/2009 permet à un État membre de réévaluer la problématique concernée sur la substance au plus tôt, comme nous pouvons le faire également pour les autorisations de mise sur le marché (AMM) des produits. L’un des enjeux…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil