« Sur le biochar, il faut rester prudent », David Houben, enseignant-chercheur à UniLaSalle.

Résultat d'une pyrolyse de biomasse, le biochar peut favoriser la séquestration du carbone et la fertilité des sols. Des propriétés qui intéressent, alors que le sujet carbone est désormais incontournable dans le secteur agricole. Mais le biochar suscite aussi de la méfiance, son utilisation étant complexe et ses effets sur le long terme inconnus. Explications avec David Houben, enseignant-chercheur en science du sol chez UniLaSalle.
biochar
David Houben, enseignant-chercheur en science du sol chez UniLaSalle, lors de la mise en place d’un essai biochar, visible en arrière-plan.

Référence Agro : Le biochar fait de plus en plus parler de lui, pouvez-vous expliquer ce que c'est ?

David Houben : À la base, le biochar est un déchet, un résidu solide de la pyrolyse réalisée pour convertir de la biomasse en énergie, en l'occurrence du gaz et de l’huile. Il est obtenu en chauffant de la biomasse entre 300 et 700 °C, en l'absence d'oxygène. Dans le courant des années 2000, des études ont souligné le fait que le biochar pourrait être un levier de lutte contre le changement climatique car il conserve le carbone et augmente la fertilité des…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil