Tendance semences – Les surfaces de tournesol pourraient progresser de 5 %

Bonne nouvelle. Pour les prochains semis, les surfaces de tournesol devraient se maintenir, voire légèrement augmenter, le chiffre de 5 % étant avancé. Bonne nouvelle car les premières estimations, en début d’année, étaient plus pessimistes, du fait de la hausse de la sole des céréales d’hiver.

La sole réservée au tournesol pourrait cette année, dépasser les 760000 ha soit une augmentation de 5 % par rapport à la dernière campagne. Après trois années d’augmentation, cette culture a donc le vent en poupe. Il faut reconnaître que le marché actuel est porteur et que la demande, tant en alimentaire qu’en oléique, reste soutenue. Même dans des régions moins favorables à cette culture, le tournesol séduit. C’est le cas dans la Meuse où Gilles Lassagne, d’EMC2, confie que les ventes ont été multipliées par quatre. Mais la surprise vient du Sud-Ouest où le tournesol réussit à conserver ses hectares gagnés de façon « artificielle » l’an passé. A.G.

« En effet, la campagne dernière, de nombreux blés durs n’avaient pas pu être semés à cause de la pluie, se souvient Alain Baqué, chef produit tournesol chez Euralis Semences (17 % de PDM). Du coup, les producteurs s’étaient tournés vers le tournesol. Nos estimations tablaient sur une baisse cette année mais il n’en est rien ».

Même constat du côté de Syngenta Seeds, leader avec 44 % du marché même si Mickaël Bourcier, responsable marketing oléagineux, constate que cette année, la campagne est en retard. « Nous avons du réappro tous les jours. Certains agriculteurs hésitent encore.»

C’est le cas dans les régions où les colzas ont pu souffrir du gel : la question est alors de savoir s’il faut retourner la culture et donc, en implanter une nouvelle. Ponctuellement, comme en Poitou-Charentes, « les surfaces de tournesol pourraient augmenter de 10 ou 15 %, note Jean-Pierre Palleau du Cétiom. Dans les zones inondées, suite à la tempête Xynthia, des campagnes d’analyse sont en cours pour mesurer la teneur en sel des sols. Le tournesol s’affiche moins sensible au sel que le pois, par exemple. Il peut donc devenir une alternative intéressante. D’autant plus qu’il libère tôt le sol et permettra donc d’apporter du gypse, pour piéger le sel, avant les semis de céréales.»

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *