Tournesol oléique : Syngenta vise 35 % du marché français pour 2024

Malgré un marché français de niche et en berne depuis quelques années, la vente des semences de tournesol pourrait profiter de la mauvaise passe des semis de colza de cet automne. « Le marché sera dynamique en 2019. Certaines régions auront besoin d’une tête de rotation et on entrevoit un appel d’air sur le Poitou-Charentes et le Centre », estime Sylvain Lascabettes (photo), responsable marketing et technique pour colza et tournesol sur la zone Nord chez Syngenta, lors d’une conférence de presse le 23 octobre à leur siège de Guyancourt (78). Le semencier compte passer de 27 à 30 % de part de marché en France en 2019, puis atteindre les 35 % d’ici à cinq ans et ainsi, inverser la tendance de ces dernières campagnes. « Depuis 2012, nous reculions sur le marché français du tournesol oléique car la demande augmentait pour les variétés résistantes aux neuf races de mildiou, ce que nous n’avions pas », précise-t-il.

Trois nouvelles variétés et un vrai gap de rendement
Pour satisfaire ses ambitions, le semencier mise sur le lancement de trois variétés de tournesol oléique. Le ½ précoce Octavio et le ½ tardif Genio. Toutes deux, inscrites au CTPS en 2018, cumulent les résistances aux neuf races de mildiou, à la race E de l’orobanche et s’avèrent peu sensibles au verticillium. Enfin, Syngenta mise sur un « ovni », une variété en première année d’inscription CTPS, qui n’a pour l’instant pas encore de nom commercial. « Nous avons franchi un palier en termes de rendement pur, avec 109 % des témoins, contre habituellement 102-103 % maximum », se félicite Sylvain Lascabettes. La variété pourrait aussi être inscrite comme très peu sensible au verticillium si ses performances se confirment en deuxième année.

Autres articles du fil