Trois coopératives associées à la construction d’une filière soja non-OGM

La Région Poitou-Charentes a largement communiqué sur la création de « la première filière de soja non-OGM ». Sa présidente, Ségolène Royal, s'est rendue pour l'occasion sur l'exploitation du président de la coopérative Sèvre et Belle, Eric Simon,  à Thorigné (79), le 21 août. Trois coopératives de la région – Sèvre et Belle, Coréa et Charentes Alliance – sont engagées dans cette opération. « 60 ha d'essais ont été mis en terre sur trois plateformes, une par coopérative, développe Médéric Brunet, directeur de Sèvre et Belle. Les semences ont été fournies par Euralis et RAGT».  Les  parcelles sont plutôt belles, malgré l'humidité du printemps. 500 ha devraient être implantés en 2014. « Ensuite, cela peut aller très vite, poursuit-il. L'objectif régional est de 15 000 ha, soit l'équivalent des 30 000 tonnes de tourteaux de soja actuellement importés par l'usine d'aliments Alicoop ». Cette usine fournit des filières lait, fromage et bovin viande vendus avec le label « nourri sans OGM » . Le surcoût des filières non-OGM brésilienne ou argentine, de l'ordre de 15 euros en 2003, atteint désormais 60 à 100 euros.  Le Conseil régional contribue cette année à hauteur de 30 000 euros au projet. Projet qui pourrait tenir la route économiquement, surtout si la demande formulée auprès de Stéphane Le Foll par les promoteurs de l'opération, le 22 août, aboutit : que le soja bénéficie de l'aide octroyée aux protéagineux. Le ministre de l'Agriculture s'est engagé à répondre d'ici à la fin 2013.
 

Photo : Médéric Brunet, directeur de Sèvre et Belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *