Valorex veut contractualiser avec plus d’OS pour la féverole et le soja

Pour Valorex, le soja et la féverole sont l'avenir, et à court terme ! L'entreprise spécialisée en alimentation animale s'estime en mesure de contractualiser pour 15 000 hectares de ces deux cultures, en cumulé, sur trois à cinq ans. Un bond de 300 % par rapport à 2020 qui passe par un approvisionnement auprès d'un nombre d'OS à développer.
Soja ; Valorex
Parcelle de soja, dans les environs d'Agen.
L'envolée du prix des engrais n'est pas un handicap pour tout le monde. Spécialisée dans la nutrition animale, l'entreprise Valorex y voit même une opportunité, estimant que ce contexte va bénéficier à l'implantation de légumineuses, qui ne nécessitent pas de fertilisation et enrichit même le sol en azote pour la culture suivante. Les enjeux liés à l'autonomie protéique, et notamment le Plan protéines, complètent un panorama favorable à ces cultures. Valorex se fixe l'objectif de contractualiser 15 000 hectares de féverole et de soja d'ici trois à cinq ans, soit une hausse de 300 % par rapport…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil